Une petite histoire de la natation

31 Mar 2021 | Natation

Aux entraînements, on s’applique à effectuer les mouvements tels que nos entraîneurs nous le demandent, car il faut que notre nage corresponde aux règlements en vigueur (surtout si l’on fait de la compétition!). Mais sais-tu que l’on n’a pas toujours nagé ainsi qu’on le fait aujourd’hui ? Voici donc un petit plongeon dans l’histoire de la natation !

La longue histoire de la natation
 Savoir nager, une question pratique
 Le plaisir de nager
 Une discipline militaire
 Natation et hygiène
Histoire de la natation sportive
 Des débuts anglo-saxons
 Petite histoire de la natation en France
L’évolution des nages
 La Brasse, première nage de l’histoire de la natation
 Le Crawl, pour aller plus vite
 Le dos
 Le papillon, dernière des 4 nages

La longue histoire de la natation

Savoir nager, une question pratique

La natation telle qu’elle existe aujourd’hui est très récente. Mais des archéologues ont trouvé des preuves de l’existence de la nage dès – 6 000 ! Des peintures dans des grottes évoquent des hommes qui flottent.

Plus récemment, dans l’Antiquité, des textes mentionnent des traversées à la nage de fleuves voire de mer. Ainsi, dans la mythologie grecque, Scyllias s’échappe de sa prison à la nage ; de même Léandre traverse tous les soirs le détroit qui le sépare d’Hero, sa bien aimée. Dans l’un de ses texte, Pausanias, historien grec, commente même un concours de natation. On sait également qu’à Rome, des concours de natation étaient organisés au Colisée.

Néanmoins, à cette époque, la nage est plutôt un moyen de déplacement, savoir nager est une nécessité pour pouvoir traverser lacs et rivières.

Elle est même un gage d’éducation, puisque les romains disaient d’un idiot qu’il « ne sait ni lire ni nager ».

Quoi qu’il en soit, ce n’est pas la performance sportive ni la technique qui importent, mais bien de savoir se déplacer, de pouvoir traverser une étendue d’eau sans se noyer. D’ailleurs, on nage la tête hors de l’eau.

natation dans l'histoire - Scyllias s'échappant

Le plaisir de nager

Pendant longtemps, la natation est restée une activité de détente. Il est agréable de se baigner après sa journée de travail, ou lors d’une chaude journée. Dans de nombreuses civilisations, les bains sont également un aspect très important de la vie sociale.

A la Renaissance, lorsque l’Europe redécouvre l’Antiquité, savoir nager devient un signe de bonne éducation. Dans toutes les bonnes familles, l’apprentissage de la natation fait partie de l’éducation de base. A Rome d’ailleurs, on l’enseigne dès l’enfance aux citoyens. Il s’agit non seulement de prouver sa « culture », mais également de se préparer à la vie militaire.

 

Une discipline militaire

En effet, l’histoire de la natation est grandement liée à la vie militaire. Son apprentissage fait partie de la formation des chevaliers au Moyen Age. Certains textes indiquent que pour être adoubé, savoir nager est indispensable.

Jusqu’au XIXème siècle, elle est incluse dans la formation des soldats.

La nage ressemble à une forme de brasse, la tête restant hors de l’eau. Le but recherché est de pouvoir traverser des cours d’eau qui se trouveraient sur le chemin des armées, généralement en transportant son matériel au sec sur sa tête. Avec le développement de la marine, il apparaît également de plus en plus important que les soldats apprennent à survivre dans l’eau.

Même lorsque l’on commence à enseigner aux écoliers la nage, les enseignements sont basés sur la formation militaire. Elle est intégrée à la formation scolaire dans le but de limiter les noyades, mais aussi de former de futurs soldats.

L’apprentissage se fait en plusieurs étapes. En premier lieu, des exercices de gymnastiques, puis des mouvements hors de l’eau avant la mise à l’eau.

histoire de la natation - apprentissage de la brasse

Natation et hygiène

En réalité, l’apprentissage de la natation se développe avec l’essor des bains publics. En effet, après une période trouble, où l’eau est presque considéré comme un mal, la question de l’hygiène est soulevée par les physiciens et médecins de l’époque. Les bains commencent à faire leur apparition partout en Europe. C’est souvent le premier contact avec l’eau pour les enfants.

Petits à petit, ces bassins servent également à l’apprentissage de la natation.

histoire de la natation - piscine de Rochechouart

Source BnF

Histoire de la natation sportive

C’est au XIXème siècle que se développe la natation sportive.

A cette époque, si l’on apprend à nager dans les piscines des bains publics, les rassemblements et les « compétitions » se font généralement dans les lacs et les rivières.

La natation est alors principalement un sport estival. Les clubs sportifs pratiquent la natation en été uniquement. Les infrastructures ne permettent pas de nager en hiver.

D’ailleurs, il n’existe pas encore de club de natation. Les clubs sont souvent multi-sports.

Des débuts anglo-saxons

En matière de natation, les clubs anglo-saxons sont les précurseurs.

Disposant de plus de piscines couvertes et chauffées que le reste de l’Europe, ils développent la pratique sportive de la natation. La natation peut être pratiquée tout au long de l’année

Il se s’agit dès lors plus seulement de savoir se déplacer dans l’eau ou d’éviter la noyade. La notion de performance entre en jeu.

En 1837, en Angleterre, la National Swimming Association organise l’une des premières compétitions de natation.

La première course internationale est organisée en Australie en 1858. Il s’agit d’un 100 yard. La course a lieu dans la banlieue de Melbourne. C’est un Australien qui la remporte, devant un Anglais. C’est aussi la première fois que l’on trouve la mention « Championnat du monde ».

En 1969, à Londres, les clubs de natation se regroupent pour fixer des règles concernant la nage. C’est la naissance de la première fédération.

Bien qu’il s’agisse d’une discipline relativement « jeune », en tout cas dans sa pratique sportive, la natation est intégrée dès les premiers Jeux Olympiques de 1896.

En 1908, à l’initiative des participants des Jeux Olympiques, une fédération internationale est créée, qui fixe les règles de la natation, la FINA.

Histoire de la natation, les olympiades de 1924

Source BnF

Petite histoire de la natation en France

L’histoire de la natation sportive en France est assez récente. Elle arrive en France en 1898.

Importée d’Angleterre, les premières manifestations sont en réalité des campagnes de publicité organisées par des magazines. Ils organisent en effet de grands événements qu’ils sponsorisent pour se faire mieux connaître.

C’est ainsi qu’a lieu à Paris en 1898 une compétition sur la Seine. Le parcours de 500m a réuni pas moins de 73 participants, dont 2 anglais invités par le journal « Le Vélo » qui organisait l’événement.

De telles compétitions se multiplient ensuite partout en France.

Le premier club français de natation est né au Havre, en 1898. Il s’agit de la Société des Nageurs du havre et de l’Arrondissement.

En 1899, l’USFSA, une fédération multi-sports intègre la natation et organise les premiers championnats de France. La compétition se compose de 3 épreuves : un 100m Nage Libre en piscine, un 500m en eau libre à Versaille et un 400m en mer.

Il faut attendre 1920 pour qu’une fédération dédiée à la natation voie le jour : la Fédération Française de Natation.

Championnats de France de natation 1903 - histoire de natation

Source BnF

L’évolution des nages

L’histoire de la natation est marquée par l’évolution des différentes nages.

Nous en connaissons aujourd’hui quatre : le papillon, le dos, la brasse et le crawl. Elles ne sont pas toutes nées en même temps et elle ne ressemblent plus vraiment à ce qu’elle étaient lors de leur découverte.

La brasse, première nage de l’histoire de la natation

La brasse est la première technique utilisée pour se déplacer dans l’eau. La brasse… Il s’agit en réalité d’une technique qui ressemble à la brasse. Elle se situe réellement entre la brasse telle que nous la connaissons aujourd’hui (attention, je parle de la brasse « détente », pas de la brasse de compétition) et la nage du « petit chien ». Chaque peuple a sa propre technique. Les seuls points communs sont le retour sous l’eau des bras et la tête hors de l’eau.

C’est d’ailleurs en brasse que le Capitaine Andrew Webb effectue la première traversée de la Manche en 1875. Il met 21h45 ! Il utilise la « Brasse anglaise », à 4 temps, nagée sur le côté.

Mais si elle s’avère utile pour tenir sur une longue distance, elle n’est pas très rapide.

Aussi, dans les compétitions de vitesse, c’est la brasse allemande, dite à 3 temps, qui est largement utilisée, et ce pendant près de 50 ans ! De nombreuses évolutions ont lieu, jusqu’à ce qu’aux Jeux Olympiques de Rome en 1960, une américaine montre une technique efficace, très proche de ce que nous connaissons aujourd’hui.

Le mouvement d’ondulation apparaît aux JO de 1972, mais il faut attendre 1986 pour que l’immersion totale de la tête soit autorisée ! Et oui, on nageait la tête hors de l’eau !

la brasse première nage de l'histoire de la natation

Source BnF

Le crawl, pour aller plus vite

Si la brasse est la première technqiue utilisée pour se déplacer dans l’eau, elle reste relativement lente. Les nageurs ont remarqué que le retour des bras sous l’eau produisait une grande résistance. La première avancée consiste à ramener les bras de façon alternée. La résistance est moins élevée. Mais assez vite, on se rend compte que ramener le bras au dessus de l’eau est encore plus efficace. C’est la technique de « l’over arm stroke ». Mais attention, on nage encore sur le côté.

Vers 1880, Trudgen remarque que les Amérindiens nagent sur le ventre. Il fait de même et invente ainsi le « Trudgeon », sorte de crawl water-polo. On y ajoute rapidement le ciseau de jambes pour en faire une nage rapide, le « double over arm stroke ». Les battements remplacent le ciseau de jambes en 1893 (toujours d’après l’étude des techniques de populations insulaires).

Le crawl est la seule nage à ne pas être codifiée par les instances internationales. De ce fait, elle ne cesse d’évoluer pour être toujours plus rapide, performante, fluide.

Au cours de la période moderne de l’histoire de la natation, on peut noter quelques grands changements dans la nage :

  • différentes évolutions dans la coordination entre les bras et les jambes
  • la mise de la tête dans l’eau, dans l’alignement du corps, pour limiter la résistance
  • la fin de l’obligation de toucher le mur avec la main lors des virages.
over arm stroke, l'ancêtre du crawl

Source BnF

Le dos

La nage sur le dos existe vraisemblablement depuis toujours. A l’instar de la brasse, elle permettait de garder le visage hors de l’eau. Mais son utilisation s’est quelque peu perdue au fil des siècles.

Le dos apparaît pour la première fois aux Jeux Olympiques de 1904 et aux championnats de France en 1907. On le nage assis, les bras sortant simultanément légèrement hors de l’eau et les jambes réalisant une sorte de battement / ciseau. C’est en quelque sorte l’ancêtre du « dos à deux bras » que nous nageons aujourd’hui.

Aux Jeux de 1912, une nouvelle technique fait son apparition : le nageur américain Hebner a adapté le « Trudgeon » au dos. Le « Dos trudgeon » se nage toujours assis, les jambes pédalent et les bras effectuent un retour aérien alterné. Compte tenu de la position assise, les bras entrent dans l’eau bien avant d’arriver au niveau de la tête.

Mais nous devons le « dos crawlé » aux japonais. Ce sont eux qui, dans les années 1920, adoptent les battements de jambes et commencent à nager en position dorsale.

Les évolutions suivantes de la nage concernent surtout quelques améliorations de la technique japonaise (notamment les ondulations lors de la coulée) et bien évidemment du virage.

A l’origine, les nageurs touchaient le mur et repartaient simplement dans l’autre sens. Petit à petit, les culbutes apparaissent et en 1994, la FINA autorise le passage sur le ventre avant la culbute.

le dos

Le papillon, dernière des 4 nages

Le papillon vient en fait de la brasse. Et oui ! Dans les années 1920, alors que la natation est en plein effervescence, les nageurs cherchent constamment à faire évoluer les techniques de nage pour gagner en vitesse.

Des brasseurs s’inspirent du « Trudgeon » et découvrent qu’en passant les bras au dessus de la tête, ils vont plus vite. En 1926, l’allemand Rademacher effectue ainsi son dernier mouvement pour toucher le mur plus vite que ses concurrents. Myers s’en inspire et crée la « brasse-papillon », où les bras passent systématiquement au dessus de l’eau.

Cette technique se révèle bien plus rapide que la brasse. Elle est donc régulièrement utilisée au cours des années 1930. Mais elle est aussi bien plus fatigante. De ce fait, jusqu’en 1945, il est courant que les nageurs alternent les deux styles dans une même course.

Des protestations s’élèvent. La FINA impose alors aux nageurs de garder le même style de nage durant toute la course. A partir de 1946, les nageurs doivent choisir ! Assez peu utilisée sur des courses longues au début, la « brasse papillon » résiste cependant. Les nageurs s’entraînent de plus en plus pour tenir plus longtemps avec cette technique énergivore. Au point qu’aux JO de 1952, tous les finalistes du 100m brasse nagent la « brasse papillon ».

La FINA décide alors de séparer complètement les deux nages. Il en va de la survie de la brasse !

Dorénavant, en brasse le retour des bras se fera exclusivement sous l’eau et les mains ne peuvent aller plus loin que les hanches.

Le papillon est devenue une nage à part entière, la quatrième reconnue par la FINA.

La technique évolue au fil des années pour inclure les mouvements d’ondulation. Mais le ciseau de jambes de brasse n’est définitivement interdit qu’en 2002 !

 

La natation possède une longue histoire. Elle est avant tout un moyen de déplacement pratique, que chacun se devait de maîtriser dans l’Antiquité. Si elle s’est quelque peu perdue au cours des siècles, elle a fait un grand retour dès le XIXème siècle et a, dès lors, connu un grand succès. Intégrée aux Jeux Olympiques modernes dès leur première tenue en 1896 (alors qu’elle ne figurait pas parmi les sports des Jeux Olympiques antiques), elle n’a cessé d’évoluer depuis. L’histoire de la natation sportive est récente, mais très riche en évolutions.

 

le papillon, dernière née

1 Commentaire

  1. Marie D.

    Merci. Très intéressant ce post.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.