Vario, gps et instruments de vol en parapente

22 Déc 2021 | Parapente

En parapente, on vole à vue. C’est l’une des premières choses que l’on nous apprend. Mais assez vite, on entend parler de vario, gps et d’instruments de vol en parapente. Quezaco? Cela veut-il dire que je peux aller faire un superbe vol de nuit? Ou que je peux voler, même quand le brouillard me cache l’atterro? Hélas, non! Bien que l’on parle de cockpit pour les installer, ces instruments ne transformeront pas nos parapentes en avion.

Ceux dont on parle ici nous permettent d’affiner nos cheminements, d’enregistrer nos traces et de nous guider entre les zones aériennes. Cela soulève alors quelques questions:

Pourquoi voler avec un vario, gps ou des instruments de vol en parapente?

Quand investir dans ces vario, gps et instruments de vol?

Pourquoi voler avec un vario, gps ou des instruments de vol en parapente?

Des instruments de vol utiles pour progresser

Du plus simple au plus complet, les divers modèles de variomètres et gps nous permettent de mieux situer les thermiques. En indiquant les taux de montée ou de descente, ils nous aident à optimiser nos placements. Que l’on débute dans le vol en thermique ou que l’on parte en cross, le vario est un atout pour progresser. On peut ainsi comparer nos ressentis aux indications de l’instrument. On peut également gagner en efficacité ou prolonger un vol en exploitant de très petits thermiques.

L’un des éléments les plus intéressants de ces instruments de vol est sans doute l’affichage de l’altitude. En effet, nous partageons le ciel, notamment avec les avions (qui eux peuvent voler sans voir!). Pour éviter les rencontres; l’espace aérien est divisé en différentes zones. Nous, pilotes de parapente, n’avons pas le droit de pénétrer dans certaines de ces zones. Souvent elles nous empêchent de monter trop haut au-dessus des reliefs. Pouvoir vérifier en temps réel notre altitude est donc un avantage non négligeable. 

Aujourd’hui, même les instruments simples incluent un gps qui permet a minima d’enregistrer sa trace. On peut ainsi la retrouver, la revoir et l’analyser sur les sites spécialisés. Tout comme les montres connectées qui enregistrent nos activités, les gps mémorisent différents paramètres. Ils prennent non seulement le tracé mais également les données d’altitude, les taux de montée ou de descente, la vitesse, etc. Il est donc possible d’étudier notre cheminement, de mieux comprendre ce qui s’est passé, où nous aurions pu mieux faire, pour continuer notre progression de pilote.

vario, gps et instruments de vol sur les élévateurs

Vario, gps et instruments de vol en parapente pour les pilotes confirmés

Pour les pilotes qui partent  en cross, les vario, gps et instruments de vol prennent une autre importance. Les instruments qu’ils utilisent sont plus évolués et plus complets. Ils permettent de matérialiser les zones de restrictions dont on a parlé plus haut. Si sur un site donné il est aisé de se souvenir de l’altitude maximum ou d’avoir des repères pour situer ces zones, lorsque l’on chemine, il vaut mieux les avoir à portée de main. En outre, les nombreuses indications que fournissent ces vario-gps aident à optimiser les trajectoires, les prises d’altitude avant une transition et ainsi à aller plus loin.

On peut également entrer dans certains appareils des balises ou des points de passage. Cela permet de visualiser le parcours à effectuer et est particulièrement utile pour les compétiteurs. Ils peuvent ainsi se concentrer sur le pilotage, sans perdre de vue l’objectif qu’est la prochaine balise. Les instruments utilisés dans ce cadre sont de vrais ordinateurs de vol. Ils donnent autant d’informations en vol qu’une fois au sol lorsque l’on analyse les tracés. Les utiliser demande une très bonne maîtrise du vol, pour ne pas se laisser perturber par les indications ou la recherche de ces informations.

vario, gps et instruments de vol en compétition

Quand investir dans ces vario, gps et instruments de vol?

L’utilisation des instruments dans la progression

Dans la quasi-totalité des écoles de parapente, l’enseignement de base se fait sans instrument. Et honnêtement, tant que l’on apprend à manier son aile, que l’on se contente de petits vols dans des conditions calmes, l’utilisation d’un vario, gps et instrument de vol n’est pas vraiment utile. Le pilote débutant a déjà bien assez de choses à intégrer, de repères à prendre, d’informations à gérer. Il n’est pas pertinent d’en rajouter avec un variomètre.

De plus, il est important que le pilote apprenne à ressentir la masse d’air. Savoir interpréter ce que l’on ressent en vol est une étape importante de la progression d’un pilote. C’est ce qui nous permet d’anticiper les mouvements de la voile, les réactions de notre parapente et ainsi de voler en sécurité.

L’utilisation d’un vario intervient lorsque l’on commence à vouloir exploiter les thermiques. Mais là encore, il est important de savoir les repérer et les ressentir. Le variomètre nous aide à mieux les cerner, à affiner notre positionnement. 

Les vario-gps sont un bon compromis dans la progression. Assez modulables, on peut choisir les éléments à afficher sur le (ou les) écran(s) et ainsi augmenter au fur et à mesure de nos besoins le nombre d’informations. Ils peuvent donc nous suivre pendant un certain temps.

vario, gps et instruments de vol au décollage

Les vario, gps et instruments de vol pour contrôler son altitude

Les situations sont nombreuses où il est intéressant de connaître son altitude en vol. 

Sur les sites proches de zones de restrictions, notamment à proximité des aéroports et de leurs TMA / CTR, l’utilisation d’un variomètre qui indique l’altitude peut intervenir assez tôt dans la progression. Il permet alors de contrôler sa position. C’est le cas par exemple du site du Salève. Situé à côté de l’aéroport de Genève, on ne peut dépasser les 1700m d’altitude sous peine de pénétrer dans la TMA. Et lorsque l’on s’éloigne du relief, la limite tombe vite à 1000m. Quand le soleil chauffe bien et que le vent vient s’appuyer sur la montagne, le variomètre devient un compagnon indispensable! 

En dehors du cas particulier des espaces aériens à respecter, il peut être intéressant de savoir où l’on se situe avant d’entamer une transition. En effet, l’estimation de son altitude n’est pas toujours évidente. En avoir une indication nous aidera à prendre la décision de se lancer dans une traversée ou de patienter encore un peu.

 

Quoi qu’il en soit, avoir un appareil très complet et pointu n’a d’intérêt que si on se sert de ces fonctions. Sinon, il peut être compliqué à utiliser, déconcentrer le pilote. Le pilote ne doit pas devenir esclave de ses instruments. Ils sont une aide, mais ce ne sont pas eux qui pilotent. Il faut donc rester concentré sur le pilotage et nos ressentis et ne pas s’en remettre exclusivement aux vario, gps et instruments de vol.

vario, gps et instruments de vol en cross

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.