Comment gérer un déplacement en compétition ?

10 Nov 2021 | Natation

Toute compétition implique un certain stress. Il peut être atténué lorsque l’on nage dans notre piscine. On connaît les lieux, on a nos repères. Mais lorsque l’on se déplace pour une compétition, le stress du voyage se rajoute à celui de la rencontre. Alors, comment gérer un déplacement en compétition ? Voici 10 conseils pour être au top lors de la prochaine rencontre.

Comment gérer un déplacement en compétition par la préparation

Comment gérer un déplacement en compétition pendant le voyage

Comment gérer un déplacement en compétition sur place

Comment gérer un déplacement en compétition – La préparation

Pour limiter le stress lors d’une compétition, tout passe par la préparation. D’ailleurs, quand on discute entre sportif avant une épreuve, la question inévitable que l’on pose tous est « es-tu prêt ? ».

 

1 – Préparer ses courses

La première chose à faire, même si cela semble évident pour beaucoup, est de bien préparer ses courses. Une amie à qui je demandais comment elle faisait pour ne pas être trop stressée le jour J m’a répondu : « Je sais que j’ai fait tout ce que je pouvais pour me préparer à ce moment« .
Les entraînements, la préparation physique et mentale en vue de la (ou des) course(s) sont les piliers d’une compétition sereine. Bien évidemment, une certaine tension est toujours présente, mais elle est plus facile à maîtriser.

 

2 – Organiser le déplacement suffisamment tôt

Un voyage est toujours un peu stressant, même si on ne s’en rend pas compte. Pour une compétition, il faut en plus prévoir à quel moment on va pouvoir partir, arriver à concilier notre emploi du temps avec le trajet et la compétition.
En préparant ce déplacement suffisamment longtemps à l’avance, on pose ainsi les premiers repères. Savoir que les réservations sont faites permet d’enlever un peu de stress. De plus, on est plus sûr d’avoir des places dans les trains ou les avions, aux horaires qui nous conviennent. Enfin, planifier à l’avance son voyage permet d’adapter nos sacs et valises. On ne prendra pas les mêmes si on voyage en avion ou voiture.

 

3 – Repérer l’itinéraire

Quel que soit le mode de transport utilisé, repérer l’itinéraire en amont est sécurisant. Il évite les mauvaises surprises pendant le voyage. On sait ainsi où l’on doit aller, quel vol ou quel train chercher. En avion ou en train, savoir où se feront les correspondances permet d’être plus calme dès le début du voyage.
En voiture, repérer le trajet sur une carte nous donne une vision plus claire. Et en cas de panne de GPS, il est toujours utile de savoir où on va ! Il peut aussi être intéressant de repérer des itinéraires de secours, pour éviter de rester bloquer dans des embouteillages par exemple.

 

4 – Préparer ses affaires

Dernier point avant le départ, tout aussi évident que le premier, la préparation de ses affaires. Si l’on n’aime pas oublier un objet lorsque l’on part en vacances, c’est encore pire quand il s’agit de nager en compétition. Se rendre compte sur place qu’il manque notre bonnet fétiche est une véritable catastrophe !
Pour cela, bien préparer son sac, prendre des doubles (voire des triples) de notre matériel permet de calmer un peu le stress qui commence à monter. En fonction du mode de transport utilisé, il peut également être intéressant de répartir tout ce matériel dans nos différents sacs.
Une liste du matériel nécessaire à la compétition est une bonne solution pour ne rien oublier.

 

La préparation est donc le premier et le meilleur moyen de gérer un déplacement en compétition.

faire une liste pour gérer le stress d'un déplacement en compétition

Comment gérer un déplacement en compétition pendant le voyage

 

5 – Garder dans un sac des affaires de rechange

La plus grande crainte du nageur qui part en compétition est de ne pas avoir ses affaires à l’arrivée.
Pour éviter cette situation cauchemardesque, le mieux est de mettre dans un second sac un ensemble maillot/bonnet/lunettes de rechange. C’est que nous avons tous fait quand nous sommes allés à Londres pour les Championnats d’Europe. Même s’il ne s’agit pas du matériel préféré pour les courses, ce sera toujours mieux que rien en cas d’imprévu ou retard de bagage. Et si tout se passe bien (les bagages ne se perdent pas toujours!), notre esprit sera de toute façon plus tranquille tout au long du voyage. On pourra alors se concentrer sur le voyage en lui-même.

 

6 – Voyager avec des amis

Une bonne méthode pour se décontracter pendant le voyage est de le faire avec des amis ou collègues d’équipe. C’est l’occasion de commencer le séjour dans la bonne humeur. Se déplacer ensemble renforce aussi l’esprit d’équipe. On apprend à se connaître (si ce n’est pas déjà le cas), on a le temps de discuter de choses et d’autres (ce qui n’est pas vraiment le cas pendant les entraînements!). Et puis, le trajet semble souvent moins long lorsque l’on est à plusieurs et occupés.
De plus, si un imprévu survient pendant le voyage, il est toujours plus facile et moins stressant de le gérer à plusieurs. L’un de nous aura toujours une idée ou saura parler la langue du pays !

 

7 – Profiter du voyage pour se reposer

Nos emplois du temps ne sont pas toujours compatibles avec ceux de nos camarades de bassin. Il faut parfois voyager seul. C’est alors l’occasion de se reposer (si on ne conduit pas, bien évidemment!). Après une semaine de travail, on peut profiter du trajet pour récupérer avant la compétition.
On laisse ainsi les tracas du quotidien et de la vie professionnelle derrière nous pour se concentrer pleinement sur nos performances à venir. Ce séjour est comme une bulle dans notre quotidien. Le voyage est l’occasion de faire une transition en douceur vers cette parenthèse.

 

Même pendant le voyage, il existe des façons de gérer un déplacement en compétition.

comment gérer le stress d'un déplacement en compétition pendant le voyage

Comment gérer un déplacement en compétition sur place

 

7 – Repérer les lieux

L’idéal lorsque l’on se déplace pour une compétition est de pouvoir arriver avant le jour J, ou au moins quelques heures avant le début des courses. En effet, cela permet non seulement de prendre possession de notre hébergement si l’on reste plusieurs jours, mais aussi de repérer les lieux.
Lors d’un séjour, il est bien plus agréable d’avoir le temps de reconnaître le trajet à faire entre l’hébergement et la piscine, de savoir où l’on pourra se garer. Ainsi, plus de stress de se perdre, de louper la rue, de ne pas pouvoir se garer. En ayant vu tout cela avant, on pourra éventuellement prévoir une marge ou trouver un raccourci.
Ce n’est pas toujours possible, mais pouvoir entrer dans la piscine et repérer les installations est un atout. Car c’est là que l’on peut prendre des repères hors de l’effervescence et du bruit.

 

8 – Prévoir le ravitaillement

On en parle assez peu, mais la nourriture est un élément important dans une compétition. Il faut adapter nos repas en fonction du programme. A force de participer à des meetings, on a pris certaines habitudes. On sait que l’on peut manger telle ou telle chose avant une course. Ou prendre telle barre pour la récupération.
Quand on ne nage pas chez soi, il vaut mieux prévoir d’emmener quelques réserves. Il ne sera peut être pas possible de trouver sur place les produits auxquels nous sommes habitués. On peut même prévoir de prendre notre salade préférée pour le repas si on part sur la journée. Pour un séjour plus long, c’est plus compliqué, car il faut pouvoir stocker la nourriture. Mais il y a toujours une supérette ou une buvette sur place où l’on pourra trouver un équivalent de nos produits.

 

9 – Se préparer à passer une nuit loin de chez soi

Cela peut paraître simplet, mais il faut aussi se préparer à passer une nuit ailleurs. Le voyage et la compétition apportent leur part de stress. Le fait de dormir ailleurs que chez soi, dans un environnement que l’on ne connaît pas provoque également du stress. Même s’il est imperceptible. On « espère » tous bien dormir entre deux journées de courses.
Pour passer une bonne nuit, chacun a sa technique. Certains utilisent des méthodes de relaxation pour trouver le soleil. D’autres emmènent un objet familier.

 

Nous ne sommes pas tous égaux face au stress. Certains savent mieux y faire face que d’autres. Et lorsque l’on part en compétition loin de chez soi, les sources de tensions sont multiples.
Comment gérer un déplacement en compétition ? Il n’y a pas UNE seule solution, chacun a la sienne ou plutôt, LES siennes. Et toi, quels sont tes petits « trucs » pour passer un bon moment ?

gérer le stress d'un déplacement en compétition pour bien nager

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.