Comment nager en eau libre?

18 Août 2021 | Natation

Avec la fermeture des piscines au début de l’année et les beaux jours, on parle de plus en plus de l’eau libre. Ce sport attire les nageurs et nombreux sont ceux qui souhaitent passer de la piscine à l’eau libre.  Mais qu’est-ce exactement et comment nager en eau libre?

 

L’eau libre, une autre façon de nager

Comment nager en eau libre sereinement

Comment nager en eau libre: la progression

L’eau libre, une autre façon de nager

Avant de chercher à savoir comment nager en eau libre, voyons en quoi cela consiste!

La nage en eau libre est une discipline encadrée par les fédérations de natation. Contrairement à la natation course, l’eau libre se pratique, comme son nom l’indique, dans la nature, que ce soit en lac, en mer ou en rivière. Il s’agit ici de faire un parcours dans un espace naturel. 

Généralement, nager en eau libre implique des distances plus grandes qu’en piscine. N’étant pas limité par les dimensions de la piscine, le parcours s’allonge. Il permet ainsi de relier deux rives, de faire le tour d’un lac ou encore de longer toute une plage. En compétition, on trouve toutes les distances entre 5 et 25 km.

L’eau libre est une discipline à part entière, mais fait aussi partie des épreuves du triathlon.

Pour nager en eau libre sur de telles distances, les nageurs utilisent principalement le crawl. Ils peuvent aussi ponctuellement nager en brasse ou en dos, pour se reposer ou pour vérifier leur cap.

Les spécificités de la nage en eau libre

En effet, à la différence de la piscine, il n’y a pas de repère au fond de l’eau pour nous indiquer le chemin! Il faut les prendre sur l’eau (comme des bouées, des bateaux amarrés) ou sur le rivage pour se diriger. Et il faut régulièrement regarder où nous sommes, car il n’est pas évident de nager droit lorsque l’on ne voit pas le fond. 

D’autant plus qu’en eau libre, il faut tenir compte de quelques spécificités. L’eau libre est vivante. Sur notre parcours, il peut y avoir des courants, des vagues, du vent. Tout cela perturbe notre trajectoire.

Milieu vivant, les lacs, les rivières ou la mer abritent une faune et une flore particulière. Ils peuvent eux aussi influencer notre parcours ou notre nage. Il peut en effet être perturbant de se faire chatouiller les pieds par les algues, surtout si l’on débute! Éviter une zone où la végétation est proche de la surface peut alors être une bonne idée. 

Enfin, dernière particularité à prendre en compte, et non des moindres, la température! Si les piscines maintiennent une température aux alentours des 26°C, l’eau libre n’est chauffée que par un processus naturel: le soleil, ou des sources chaudes. Il faut donc attendre que la température extérieure soit suffisamment élevée pour atteindre ces 26°C! Et se préparer à nager dans une eau plus fraîche. Bien sûr, il existe des combinaisons. Elles sont d’ailleurs obligatoires en compétition lorsque l’eau est en dessous de 18°C, et interdites lorsqu’elle dépasse les 20°C.

comment nager en eau libre en lac

Comment nager en eau libre sereinement? 

Moins concentrée sur les temps et plus sur la performance, la nage en eau libre attire de plus en plus de monde. Mais passer de la piscine à l’eau libre n’est pas aussi facile qu’on le pense. Les nageurs qui se jettent à l’eau rencontrent certaines difficultés liées au milieu. Pas de panique! Toutes ces inquiétudes sont surmontables! Voyons comment nager en eau libre sereinement!

 

“Je n’aime pas ne pas voir le fond”

A moins de nager dans un lagon aux eaux cristallines, on ne voit généralement pas le fond des lacs ou des rivières. Cela peut être angoissant pour certaines personnes. En effet, voir le fond est un repère spatial auquel nous sommes habitués, surtout lorsque l’on vient de la piscine. Ne pas voir le fond signifie que l’on ne sait pas à quelle profondeur il se situe. Et pire encore, cela signifie que l’on ne sait pas ce qu’il y a sous nos pieds. Y a-t-il des rochers, du sable, de la vase, des poissons, des crustacés? 

Pour accepter cette situation, il faut tout simplement commencer par nager au bord, là où le fond est encore visible. On s’en éloigne petit à petit pour s’habituer à ne plus le voir. 

 

“J’ai peur de me perdre, je ne sais pas nager droit”

Tout est dans la prise de repère! Lorsque l’on a l’habitude de suivre la ligne d’eau en piscine, nager en eau libre peut être difficile. Mais il existe des techniques pour prendre ses repères et se diriger. Elles s’acquièrent avec l’expérience. Pour commencer, il vaut mieux choisir des repères bien visibles et peu éloignés, travailler sur des distances courtes. 

Et contrairement à la natation en piscine, en eau libre, on regarde régulièrement devant soi. Soit en nageant le crawl, avec la technique dite “water-polo”, soit en faisant quelques mouvements de brasse. Cela permet de se repérer, de vérifier que l’on est bien dans la bonne direction et que l’on n’a pas trop dévié de notre cap à cause des courants. On apprend ensuite à utiliser ces courants et à adapter son cap en fonction de leur direction et leur force. Quoi qu’il en soit, il faut s’attendre à faire quelques zig-zag au début!

 

“J’ai peur d’avoir froid dans l’eau”

C’est vrai, et nous l’avons vu plus haut, l’eau des lacs et rivières est plus froide que l’eau des piscines (en général). Mais cela ne doit pas nous arrêter! On peut nager en eau libre avec une combinaison. En nous isolant du froid, la combinaison nous permet de nager plus longtemps dans une eau froide, mais aussi de nous entraîner (presque) tout au long de l’année. En fonction de la pratique, il existe différents types de combinaisons, de différentes longueurs. Il faut s’habituer à nager avec, car nos mouvements et nos sensations peuvent changer légèrement.

Et puis, rien ne remplace l’entraînement. Le corps s’habitue au froid, comme à la chaleur. S’habituer petit à petit à l’eau froide permet ensuite de nager en eau libre plus sereinement et plus longtemps. Et qui sait? Tu y prendras peut-être goût et finiras par nager en eau glacée!

 

“N’est ce pas dangereux de nager en eau libre?”

A la piscine, les maîtres nageurs sont présents au bord du bassin, prêts à venir vous chercher en cas de problème. C’est rassurant! En eau libre, ce n’est pas le cas. Bien sûr, on peut nager sur les plages surveillées. Mais les zones de baignades sont souvent assez petites et peu pratiques pour s’entraîner. C’est toutefois une bonne idée pour débuter, si la sécurité est un point sensible pour toi!

Un principe de l’eau libre est de ne jamais partir seul. Être accompagné est un gage de sécurité. Par là, j’entends être accompagné dans l’eau, ou sur l’eau. Une personne qui nous suit depuis la rive ne sera pas d’une grande utilité en cas de besoin. 

Lorsque l’on nage en eau libre, on n’est généralement pas seul: il peut y avoir des bâteaux, des paddles, tout type d’embarcation. Le plus important est d’être visible. Pour cela, un bonnet de bain fluo et une bouée sont indispensables. La bouée est d’autant plus intéressante qu’elle permet non seulement de se signaler, mais aussi d’emporter ses affaires et de pouvoir se reposer en cas de coup de fatigue.

comment nager en eau libre avec une bouée

Comment nager en eau libre: la progression

 

Travailler la technique

S’entraîner pour nager en eau libre commence par nager en piscine! Et oui, la piscine a ses avantages. C’est là que l’on travaille sa technique. Car, nous l’avons vu, l’eau libre se pratique sur des distances plus grandes. Répéter un mauvais mouvement aussi longtemps peut avoir plusieurs conséquences. 

D’une part, la nage peut être moins efficace. On perd alors du temps et on ne progresse pas aussi vite qu’on le souhaiterait sur un parcours. En compétition, cela peut coûter une place sur un podium! 

D’autre part, et c’est sans doute le plus important, cela peut provoquer des blessures. Mal positionner son bras pendant des kilomètres impose aux articulations des contraintes auxquelles elles ne sont pas habituées. C’est ainsi que l’on provoque des tendinites et autres blessures. 

 

Prendre des repères en piscine

Depuis le début de cet article, je parle de repères physiques à prendre pour suivre un cap lorsque l’on nage. Ce ne sont pas les seuls repères qui comptent lorsque l’on nage en eau libre.

Dans un espace aussi vaste, il est difficile de savoir à quel rythme on nage et surtout de savoir conserver ce rythme. C’est pour cela que la piscine est encore une fois un passage obligé. Équipée de chronomètre, disposant d’une taille fixe et sans courant, la piscine permet de régler une allure et de s’y habituer. On prend alors des repères en fonction de nos sensations, de la régularité de nos mouvements. 

De nombreux exercices existent pour nous habituer à savoir à quelle allure on nage. Qu’il s’agisse de compter ses mouvements de bras ou de nager en un temps donné, un nageur apprend vite à réguler sa nage. C’est ce qui nous permettra, en compétition en eau libre, de nager régulièrement ou de placer des accélérations aux moments opportuns.

 

On ne passe pas d’un jour à l’autre de la piscine à l’eau libre. La transition est progressive et la piscine n’est jamais loin. On commence ainsi par de petites distances, que l’on augmente au fur et à mesure. Elles permettent de s’habituer et d’apprivoiser ce nouvel élément et ses particularités. Petit à petit, on apprend comment nager en eau libre.

comment nager en eau libre en compétition

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.