Un stage perf à Aiguebelette

1 Sep 2021 | Parapente

Que ce soit pour continuer la formation en parapente, pour progresser en vol ou pour reprendre le parapente, nous avons tous une bonne raison d’être là à 8h, ce lundi matin. Nous sommes à l’école Aiguebelette Parapente pour une semaine de stage perf à Aiguebelette

 

Une semaine de stage perf à Aiguebelette

Le stage perf: maîtriser sa voile

Premiers tours en thermique

Travailler le mental pendant un stage perf

Stage perf à Aiguebelette … et ailleurs!

Une semaine de stage perf à Aiguebelette

Notre groupe se compose de 7 pilotes, dont 3 filles. Notre expérience s’étale d’une vingtaine de vols à plus de 300! Mais finalement, notre niveau est relativement homogène et nous parvenons à partager de bons moments toute la semaine.

Le but pour chacun de nous est de pouvoir tenir en l’air, de voler en autonomie. 

Ce stage perf à Aiguebelette est une sorte de tremplin. Entre le vol en école, où l’on travaille le pilotage, on apprend à réagir et à maîtriser nos voiles, et les grands vols, où l’on utilise la masse d’air, on joue avec pour rester en vol le plus longtemps possible. Chaque moment de la journée y est rentabilisé. 

Le matin, les conditions calmes permettent de voir ou revoir les exercices de pilotage de base, tels que le tangage, les oreilles, la fermeture asymétrique ou encore le demi-tour dynamique. Les thermiques qui commencent à se mettre en place en fin de matinée ajoutent un petit challenge dans la conduite des exercices. 

L’après-midi, ce sont les thermiques que nous apprenons à apprivoiser. Ces vols nous permettent d’affiner la gestuelle, de nous habituer aux conditions plus turbulentes et surtout de tenir!

Et pour nous guider dans ce stage perf à Aiguebelette, nous pouvons compter sur Pierre et Tanguy. A chaque vol, l’un d’eux décolle. Nous avons ainsi des indications sur la masse d’air. Et si ça tient, on peut compter sur ses conseils pour nous guider, nous aider à nous placer et nous emmener en balade!

stage perf à Aiguebelette atterrissage

Le stage perf: maîtriser sa voile

Pour pouvoir voler dans des conditions thermiques, pour pouvoir envisager de faire de la distance, il faut savoir contrôler sa voile. C’est pour cela que nous passons en revue les exercices les plus basiques, avant d’en aborder d’autres. 

Mais avant tout, nous commençons notre stage perf à Aiguebelette par un petit tour sur la pente école. Savoir piloter un parapente en vol est une chose, mais pour y arriver, il faut déjà décoller. Et un décollage serein et maîtrisé est un bon prélude pour le vol. Nous voilà donc à courir dans la pente, nos parapentes au-dessus de la tête. Nous révisons les gestes de base. Gonfler l’aile, la laisser monter, tempo, contrôle, course

Les jours suivants, lorsque les conditions nous le permettent, nous enchaînons les manœuvres de base: roulis, tangage, oreilles, accélérateur. Ce sont des révisions pour nous tous et nous ne nous éternisons pas dessus. 

Nous passons ensuite à des exercices plus techniques. Pour certains d’entre nous il s’agit même de nouveauté. La gestion d’une fermeture asymétrique et le demi-tour dynamique. 

Trouver le bon dosage lorsqu’on contre une fermeture asymétrique n’est pas toujours chose facile. Car il faut empêcher l’aile de partir en autorotation et garder son cap. Ces exercices sont importants. Les travailler au cours d’un stage perf nous prépare à gérer des situations que nous pouvons rencontrer quand on commence à voler dans des conditions turbulentes.

stage perf à Aiguebelette - site du Sire

Premiers tours en thermique 

Mais ce stage perf à Aiguebelette met surtout l’accent sur le vol en thermique. Dès que nous le pouvons, nous cherchons à rester en l’air. La météo, un peu capricieuse, ne nous a pas forcément facilité les choses. Tant mieux! Nous n’avons pas eu l’occasion de voler dans la superbe restit’ d’Aiguebelette, celle où l’on monte sans effort et où l’on glisse dans un air doux. Nous devons repérer les thermiques et les exploiter pour nous maintenir en vol. C’est l’occasion d’affiner notre gestuelle à la commande et de tester l’utilisation d’un vario. 

Plusieurs d’entre nous ont pu, dès leurs premières tentatives, rester en vol et se maintenir au-dessus des reliefs. Pour les autres, c’est un nouveau décollage et un nouvel essai. 

Et parfois, ça paie! Comme mercredi après-midi. Après une matinée très humide, les conditions se mettent doucement en place. Nous décollons pour un deuxième vol. Une partie du groupe se pose assez vite. Nous remontons alors pour tenter de rejoindre ceux qui sont restés en vol. L’objectif du jour? Aller jusqu’au Mont Grêle!

Cette fois, je parviens à enrouler un thermique qui me monte bien au-dessus du relief. Il est tellement bien que des pilotes d’un stage cross me rejoignent. Arrivant au pied du nuage, je me dirige vers les autres pilotes du groupe et Tanguy, qui patientent plus loin. Le Grêle est encore dans les nuages. Les passages nuageux alternent avec le soleil et nous devons nous maintenir suffisamment haut. Les nuages sont un peu longs à s’éloigner. Je décide d’aller me poser après une heure de vol, tandis qu’une partie du groupe parvient finalement au Mont Grêle.

stage perf à Aiguebelette

Travailler le mental pendant un stage perf

Car le côté technique n’est pas le seul qui permette de rester des heures en l’air. En parapente, le mental joue un rôle tout aussi important. Comme Pierre nous l’a répété plusieurs fois au cours de la semaine, pour rester en vol, il faut le vouloir! 

En effet, il faut rechercher les thermiques et ne pas les perdre. C’est d’autant plus vrai lorsque les conditions ne sont pas encore bien installées ou que les thermiques sont assez petits. Dans ces cas-là, il faut insister et chercher la moindre ascendance. Et le plus important est de ne pas abandonner!

Mais au-delà de la volonté de rester en l’air, le parapente est un sport où le mental joue un rôle déterminant. Décoller et se retrouver suspendu sous une toile en tissu n’est pas anodin! 

Pour voler, et pour rester en vol, il faut non seulement avoir confiance en sa voile mais aussi en soi. Cette confiance s’acquiert petit à petit, en volant régulièrement, en s’habituant aux réactions du parapente et en répétant les exercices. 

C’est exactement ce que m’a apporté ce stage perf à Aiguebelette. Après 5 ans d’arrêt, je manquais de confiance, je n’osais plus aller voler seule. En reprenant les exercices, en allant voler en thermique, mais avec la présence des moniteurs, les sensations sont revenues et la confiance aussi. 

De tels stages nous poussent aussi à sortir de notre zone de confort. En cherchant à aller plus loin, à voler dans des conditions dont nous n’avons pas l’habitude, nous progressons. Alors qu’en stage d’initiation et progression, nous volons essentiellement le matin, dans un air calme, le stage perf à Aiguebelette nous a permis de voler toute la journée, dans des conditions plus turbulentes.

Stage perf à Aiguebelette nuages

Stage perf à Aiguebelette … et ailleurs!

Lorsque l’on commence à progresser en parapente, on cherche aussi à changer de terrain de jeu. Voir différents sites et leurs particularités faisait partie de ce stage perf à Aiguebelette. Nous avons pu voler sur 4 sites différents. 

 

Aiguebelette

A commencer par Aiguebelette, bien sûr! Avec son décollage, orienté SO, et son atterrissage au bord du lac, le site permet de superbes vols. Les paysages de l’avant pays savoyard et la couleur du lac d’Aiguebelette sont déjà une belle récompense en vol. Lorsque les conditions s’installent, la balade classique nous emmène jusqu’au Mont Grêle, au bout de la chaîne. En montant au-dessus de la crête, on profite d’une magnifique vue sur la plaine de Chambéry et le lac du Bourget. Si en été, le vol ne pose aucun problème, en hiver, il faut se méfier de la TMA de l’aéroport de Chambéry qui empiète sur le lac. 

 

Le Sapenay

La météo n’était pas évidente cette semaine, et il a fallu composer avec les passages nuageux et le vent pour trouver des sites de vol. Mardi, le vent étant prévu assez fort, nous nous sommes dirigés vers le bout du lac du Bourget, au Col du Sapenay. Orienté SO également, il est toutefois protégé par les reliefs et le vent y est moins soutenu. Nous ne sommes pas les seuls à y avoir pensé! Pas moins de 4 écoles sont présentes quand nous arrivons. C’est l’occasion de réviser ses priorités! La principale caractéristique du site est la distance entre le décollage et l’atterrissage. Situé en plaine, celui-ci est assez loin du relief. Il faut donc bien veiller à avoir assez de hauteur pour le rejoindre. 

 

Le Sire

Jeudi matin, nous prenons la route de Chambéry et montons à La Féclaz, pour décoller du magnifique site du Sire. Le décollage est situé à droite de la Croix du Nivolet et s’atteint à pied depuis le parking à côté des remontées mécaniques. Il faut environ 10/15 minutes pour monter les 90m de dénivelé sur la piste. Le matin, pour le premier vol, nous jouons avec le nuage qui reste devant et offre quelques trouées. L’après-midi, nous remontons pour jouer avec les thermiques et le vent sur la falaise de Verel, dans un air un peu turbulent. L’atterrissage des Brocolis est petit et surtout, pas fauché! L’atterrissage est un peu sportif! Mais le vol est magnifique, avec ses 1200m de dénivelé et la vue sur le lac du Bourget et la plaine de Chambéry. Attention toutefois à ne pas se laisser descendre avant d’avoir passé le plateau de Verel!

 

La Forclaz

Pour notre dernière journée de stage perf à Aiguebelette, la météo s’annonce compliquée. Des orages sont annoncés dès la fin de matinée. Annecy semble être le seul endroit de la région où l’on peut espérer faire un vol. Nous nous mettons donc en route, direction le Col de la Forclaz. A notre arrivée, il y a un nombre impressionnant de biplaceurs sur le décollage! Mais il y a aussi du vent arrière. Personne ne bouge. Après deux tentatives ratées, d’un coup, le décollage se vide. Tout le monde disparaît. 

Nous restons seuls et quelques minutes plus tard, le vent tombe et nous avons même quelques bouffées de vent de face. 4 d’entre nous arrivent à décoller dans ce créneau, pour une longue finale vers l’atterrissage de Doussard. Nous sommes encore 2 au décollage, mais la pluie arrive. Nous replions, mais un coin de ciel bleu apparaît. Nous décollons finalement une bonne heure et deux passages de pluie après les autres. 

Les orages n’arrivant toujours pas, nous remontons pour un second vol. Nous sommes toujours seuls au décollage, les biplaces d’Annecy ont abandonné. 

Quelle belle façon de finir ce stage perf à Aiguebelette, avec deux vols magnifiques au-dessus du lac d’Annecy, rien que pour nous!

Pour résumer ce stage perf à Aiguebelette, une belle semaine, une météo inespérée, un bon groupe, un encadrement au top avec Aiguebelette Parapente et un programme optimisé pour de superbes vols. Bref, que du bonheur pour ce retour au vol!

Stage perf à Aiguebelette - site de la Forclaz

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.