Comment bien nager le crawl?

2 Mar 2022 | Natation

Le crawl est la nage la plus utilisée par les nageurs. Plus rapide, moins dure que d’autres, elle n’est cependant pas toujours facile à maîtriser. Les mouvements alternés des bras permettent un effort continu, régulier. Mais bien nager le crawl dépend surtout de détails qu’il faut sans cesse travailler.

Les évolutions du crawl

L’histoire de la natation remonte à la nuit des temps. Depuis toujours, les hommes ont cherché à se déplacer dans l’eau. Si la brasse est la première nage identifiable à apparaître, le crawl s’est rapidement développé lorsque la natation est devenue un sport et plus seulement un moyen de déplacement.

Le crawl est né pour gagner en vitesse. Les nageurs ont cherché tous les moyens d’aller plus vite. Ils se sont rendus compte que le fait de ramener les bras au-dessus de l’eau provoquait moins de résistance. Les ramener l’un après l’autre était encore plus efficace! Cela créait un mouvement continu et était bien fatiguant!

Au fil des années, les évolutions du crawl ont été nombreuses. Les plus notables sont l’apparition des battements et la position de la tête.

A l’origine on nageait le crawl avec un ciseau de jambes, comme en brasse. Mais les battements l’ont assez vite remplacé. Toujours pour la même raison: gagner en vitesse en réduisant les résistances à l’eau. Avec les battements, le corps reste bien aligné et est bien plus hydrodynamique.

Il en va de même avec la position de la tête. Jusqu’aux années 1930, on nageait la tête hors de l’eau. Ce sont les Japonais qui ont l’idée d’aligner la tête avec le reste du corps. 

 

Le crawl, une nage non codifiée

Le crawl est aujourd’hui la nage la plus rapide. Mais il n’existe pas d’épreuve en crawl dans les compétitions! Les nageurs s’affrontent dans des épreuves de papillon, de dos, de brasse et de … nage libre! Même dans les épreuves de 4 nages, le crawl n’est pas obligatoire. 

En fait, le crawl n’est pas une nage codifiée. Elle continue donc encore à évoluer. A chaque olympiade, on remarque que les spécialistes ont modifié un mouvement ou un placement dans le but de limiter la résistance ou d’augmenter la puissance des mouvements. 

C’est ainsi que sont apparus la culbute pour le virage ou le retour de bras droit dans les sprints. C’est aussi pour cela que les instances internationales ont émis certaines restrictions sur la nage libre. Ainsi la coulée ne peut dépasser 15 m sous l’eau et le nageur doit briser la surface pendant la nage.

bien nager le crawl d'aujourd'hui

Que faut-il pour bien nager le crawl?

La coordination

La natation est un sport de coordination. Mais à l’inverse de la brasse, où il faut coordonner le mouvement de bras et le mouvement de jambes pour obtenir la combinaison parfaite qui permet d’avancer en limitant au maximum les frottements de l’eau, en crawl, il faut décomposer ces mouvements.

En effet, en crawl, les mouvements des bras et des jambes sont indépendants. Les jambes continuent de battre en permanence, tandis que les bras suivent leur propre rythme. Pour plus de facilité dans l’apprentissage, on imprime souvent un rythme de 6 battements de pieds pour un mouvement de bras, mais cela peut varier en fonction de chaque nageur et de la distance à parcourir.

Il faut donc pouvoir effectuer des mouvements différents, en même temps, avec des parties différentes de notre corps. C’est souvent pour cela que l’on apprend la nage de façon décomposée. La plupart des maîtres nageurs demandent aux nageurs de maîtriser le battement en premier, afin qu’il devienne un réflexe, avant de s’attaquer au reste de la nage.

 

Un peu de souplesse

Le crawl est une nage longiligne, qui ne demande que peu de souplesse. Elle est importante lors de la coulée et du retour de bras.

Dans toutes les phases de la nage, on tente de rester le plus droit possible, comme si on se trouvait dans un tunnel. On ramène donc le bras haut au-dessus de l’eau, pour éviter d’une part de le traîner dans l’eau et d’autre part de frapper les collègues qui viennent en face. Mais attention aux mouvements parasites! Il ne s’agit pas de tourner le buste pour lever le coude haut. C’est la souplesse de l’épaule qui conditionne la hauteur. Plus l’épaule est souple, plus on pourra lever le coude, sans créer un roulis exagéré qui nous freinerait. 

En coulée, les épaules doivent également être assez souple pour permettre à la tête de se fixer entre elles et obtenir ainsi une position hydrodynamique. La souplesse du dos est également importante pour pouvoir faire des ondulations efficaces.

 

Le gainage, essentiel pour bien nager le crawl

Mais tout cela n’est utile que si l’on est bien gainé. Le gainage de tout le corps garantit une position qui rendra tous nos efforts efficaces. La coordination et la souplesse nous permettent de maîtriser la technique. Mais si le corps n’est pas maintenu tout au long de la nage, leur efficacité est contrée.

Le principal atout du crawl réside dans l’allongement. Quand nos entraîneurs nous parlent de tunnel, c’est que nous devons rester droit pour créer le moins de frottements et donc de résistances possible quand nous nageons.

Or, sans gainage, les jambes auront tendance à partir sur le côté chaque fois que l’on étend un bras, puis de l’autre pour l’autre bras. C’est ainsi que l’on se retrouve à nager comme une anguille! Pour bien nager le crawl, notre corps ne doit faire qu’un.

bien nager le crawl à l'entrainement

Bien nager le crawl, parlons technique!

Le mouvement des bras

Le mouvement des bras se décompose en 3 phases: la prise d’appui, la traction et le retour.

Lors de la prise d’appui, le bras est bien tendu, la main positionnée de façon à obtenir le meilleur appui sur l’eau. Cette main doit rester juste sous la surface, même lorsque l’on respire! 

Le bras descend ensuite, la traction est droite. Mais attention, on n’enfonce pas totalement son bras dans l’eau! Le coude reste assez haut pour permettre au corps de garder sa position à plat. Ce mouvement ressemble à ce que l’on ferait si on voulait sortir de l’eau par le bord du bassin. Point important: la traction doit aller jusqu’au bout! On ne sort pas le bras de l’eau tant qu’il n’est pas tendu le long de la cuisse. 

Le retour est le moment où l’on peut reposer les muscles du bras. C’est l’omoplate qui travaille et permet de faire revenir le bras. Le bras et la main, hors de l’eau, sont décontractés. Ainsi toute la puissance peut être concentrée sur le bras qui fait son effort dans l’eau.

 

Les battements

Pendant ce temps, les jambes ne cessent de s’activer. Les battements se font en continu pour propulser le corps. Le rythme reste le même pendant toutes les phases, y compris pendant la respiration! 

Les jambes suivent le mouvement de roulis du corps, provoqué par l’allongement des bras. Les battements ne se font donc pas à plat. Pour s‘y habituer, il est intéressant d’amplifier ce mouvement lorsque l’on travaille uniquement les jambes. 

 

La respiration

La respiration est un élément important pour bien nager le crawl. C’est le moment où l’on provoque le plus de résistances. Elle doit donc être rapide et totalement intégrée au mouvement du corps et des bras. 

En crawl, on respire sur le côté. La tête tourne en même temps que le roulis du corps pour dégager la bouche. On peut toujours respirer du même côté ou alterner. Ce choix dépend du type de course que l’on fait, de notre préférence et de notre forme, tout comme la fréquence de respiration.

Sur un sprint, on tentera de respirer le moins possible, pour éviter toute résistance. La tête restant dans le prolongement du corps, nous sommes plus efficaces. Mais cela suppose de travailler sans oxygène. De nombreux exercices permettent de s’y entraîner.

 

La position de la tête

En crawl, on ne regarde pas devant. Le visage reste fixé vers le fond du bassin. Pour respirer, on tourne la tête sur le côté. Mais on ne lève jamais le regard. En restant ainsi dans une position neutre, la tête ne provoque pas de résistance. Pour savoir où l’on est, on se sert des lignes au fond du bassin et des repères que l’on glane à chaque respiration. Pour bien positionner la tête, l’utilisation du tuba à l’entraînement est un bon exercice.

 

Le crawl n’étant pas une nage codifiée et réglementée, il n’existe pas UNE technique à connaître. Chacun d’entre nous développe sa propre façon de nager, efficace et dépendante de nos capacités et des distances que l’on nage. Certains éléments de base sont essentiels pour bien nager le crawl, mais il nous appartient de trouver le bon compromis entre la puissance et l’efficacité.

bien nager le crawl la technique

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.