Comment bien nager le papillon?

27 Avr 2022 | Natation

Magnifique à regarder quand il est bien nagé, le papillon est sans conteste la nage la plus difficile à maîtriser. C’est généralement la dernière que l’on apprend en école de natation et celle qui enregistre le moins d’inscription dans les compétitions! Pourtant, il existe quelques astuces qui permettent de bien nager le papillon.

Un peu d’histoire

Parmi les 4 nages, le papillon est la plus récente. Le dos et la brasse ont été très tôt utilisés par les populations pour se déplacer dans l’eau. Le crawl est né avec l’apparition de la natation sportive, de la volonté d’aller plus vite.

Le papillon, quant à lui, est un dérivé de la brasse. Dans leur recherche constante de vitesse, des nageurs ont commencé à ramener les bras au-dessus de l’eau, tout en nageant la brasse. Avec moins de frottements dans l’eau, ils avançaient plus vite. 

Mais à cette époque, sortir les deux bras de l’eau en même temps donnait une position plutôt verticale au nageur. Aussi, pour pouvoir avancer, ils utilisaient le ciseau de jambes, plus puissant que les battements.

Pour garder l’esprit de la brasse, les instances de la natation ont vite mis en place un règlement: en brasse, le retour des bras se fait sous l’eau. Mais cette nouvelle technique, perfectible certes, a tout de même des avantages! Alors que devient-elle? Une nouvelle nage: le papillon (ou dauphin, selon les pays).

Les premières tentatives de nager le papillon apparaissent dans les années 1940. Et il est au programme des Jeux Olympiques pour la première fois à Melbourne, en 1956.

nager le papillon, une nage récente

Pourquoi est-ce si dur de nager le papillon?

Des 4 nages, le papillon est sans aucun doute la nage qui demande le plus gros effort physique. Comme pour nager la brasse, en papillon, les 2 bras d’une part et les 2 jambes d’autre part effectuent des mouvements simultanés. Il faut donc faire un gros effort d’un coup pour avancer, à l’inverse du crawl et du dos, où les mouvements alternés donnent une propulsion constante. 

L’effort est ainsi saccadé. Le corps est fortement sollicité pendant un laps de temps assez court. Mais pour être efficace, le repos entre deux efforts est très court. Les muscles, les poumons et le cœur doivent donc répondre à une demande brutale et fréquente, ce qui fatigue plus rapidement.

De plus, les bras doivent sortir de l’eau. Il faut donc prendre un appui assez fort pour pouvoir les faire passer au-dessus de la surface, en même temps. On se retrouve ainsi pendant un certain temps sans aucun appui dans l’eau. Le gainage, la fluidité du mouvement et la maîtrise de la technique nous permettent d’avancer et de ne pas couler! 

Le plus difficile n’est pas l’effort en lui-même, mais sa répétition et la capacité à le maintenir. On réussit tous plus ou moins les 2 premiers mouvements dans une longueur en papillon. Pour la suite, ce n’est pas toujours aussi facile!

Difficile de nager le papillon

La coordination, un élément essentiel pour nager le papillon

Le papillon est un dérivé de la brasse. Il est donc normal que l’on retrouve le même rôle crucial de la coordination entre les bras et les jambes. En papillon, les jambes font un mouvement d’ondulation. Cette ondulation doit s’imbriquer avec le mouvement des bras pour créer un mouvement fluide. Ou plutôt, le mouvement des bras se place en fonction de l’ondulation.

Elle est la base de la nage. Tout part de là et tout s’articule autour d’elle. Il faut en premier lieu apprendre à faire une ondulation efficace et puissante. On place ensuite le mouvement de bras et enfin la respiration pour qu’ils s’inscrivent dans le prolongement de l’ondulation.

Nager le papillon à contretemps est un véritable enfer! Si les bras et les jambes ne sont pas coordonnés, le corps n’est à un moment plus porté. Lorsque les bras sortent de l’eau, c’est l’enchaînement de la poussée et des ondulations qui nous permet de rester à la surface et d’avancer. Et c’est là le point le plus difficile à maîtriser lorsque l’on apprend à nager le papillon.

Dernier élément de coordination en papillon, la respiration. Il faut bien choisir le moment où l’on sort la tête de l’eau pour inspirer. Cet instant est crucial. En effet, lorsque l’on relève la tête, on casse l’allongement du corps, on devient bien moins hydrodynamique. La respiration doit donc être brève et bien placée. Trop tôt, elle coupera l’effet de la poussée et ira à l’encontre de l’ondulation. Trop tard, ce sont les bras qui ne pourront pas revenir aussi vite que nécessaire.

nager le papillon en compétition

Le papillon, une nage technique

Cette nécessité de synchroniser tous les mouvements est ce qui fait du papillon une belle nage à regarder, mais aussi ce qui la rend si difficile à maîtriser.

Pris indépendamment, le mouvement des bras et l’ondulation ne sont pas compliqués. Pour avoir une bonne ondulation, rien de tel que l’entraînement! A force d’en faire, on finit par trouver le bon rythme, par s’assouplir, trouver le bon mouvement du dos et des hanches. Le mouvement des bras est similaire à celui du crawl, sauf qu’ils bougent ensemble.

Le plus technique est de trouver le bon moment pour entamer la traction, la bonne vitesse des bras et le moment idéal pour relever la tête.Ce point est également au cœur de la maîtrise de la nage en brasse. Mais en papillon, une mauvaise harmonisation rend la nage encore plus physique. 

En fait, nager le papillon repose sur le bon équilibre entre la force et la souplesse. Il faut de la puissance pour donner assez de vitesse pour avancer, même avec les deux bras hors de l’eau. Il faut de la force pour répéter ce mouvement, à des intervalles très courts. Il faut un dos et des jambes forts pour avoir une ondulation efficace.

Mais il faut aussi de la souplesse pour passer les deux bras en même temps au-dessus de l’eau. Il faut travailler la souplesse de son dos pour créer l’ondulation et la maintenir.

 

Le papillon est la nage la plus technique des 4 nages. Subtil équilibre entre la puissance qu’elle réclame et la souplesse qu’il faut pour effectuer les mouvements, elle est aussi l’une des plus belles à regarder. Savoir nager le papillon demande de l’entraînement, mais le résultat en vaut bien la peine!

bien nager le papillon

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.